Nous vous en parlions déjà dans un précédent billet, les ressourceries font l’objet d’une attention toute particulière depuis quelques temps. Aujourd’hui, c’est une belle rencontre que nous avons envie de vous partager celle de Carole, chargée de communication au sein de la Ressourcerie de l’île à Nantes.

ressourcerie-nantes (4)

Ressourcerie de l’île : La genèse

L’association de la ressourcerie de l’ile, anciennement Ecorev, existe depuis 2004 et fut fondée par 2 personnes, Sandrine et Marc Cornet. Un couple de passionnés qui a eu envie de se lancer dans la ressourcerie sur le territoire nantais, en veillant à répondre à un objectif de réduction des déchets par le biais de la collecte du déchet à sa source : en déchetterie.

Ce qui caractérise la Ressourcerie de l’île par rapport à d’autres ressourceries du même genre, est un partenariat privilégié avec Nantes Métropole, afin de bénéficier d’un accès pour intervenir directement en déchetterie, car Nantes Métropole (en tant que communauté de commune) régie cet accès et favorise la légitimité légale. Aujourd’hui, la Ressourcerie de l’île est prestataire de service de Nantes Métropole.

4 ans de partage de projet entre la Ressourcerie de l’île et Nantes Métropole furent nécessaire (de 2004 à 2008) pour s’inspirer de ce qui se faisait ailleurs et singulariser le projet.

ressourcerie-nantes (1)

Ressourcerie de l’île : 3 pôles caractéristiques

Le recyclage et la collecte

Une collecte en déchetterie, mais pas que… Moins quantitatif, mais tout aussi importants pour diversifier les gisements, d’autres modes de collectes existent : à domicile, en apport volontaire et auprès de partenaires et d’entreprises.

Le recyclage artistique

La Ressourcerie de l’île aime travailler en faveur de la création pour que le réemploi trouve sa place dans cet univers. Carole nous explique qu’ils ont initié la démarche en collaboration avec une designer qui souhaitait donner vie à des objets du quotidien. C’est pour cela que la Ressourcerie travaille main dans la main avec des écoles ou des créateurs locaux pour la mise en place de sessions créatives. En effet, la Ressourcerie leur permet de puiser dans les gisements pour valoriser artistiquement des objets en trop mauvais états, difficilement valorisables dans la filière de recyclage classique.

La commercialisation sur site

La Ressourcerie de l’île bénéficie d’un vaste espace de vente afin de valoriser et vendre l’ensemble des produits récoltés. Cette boutique est un véritable atout pour pérenniser l’activité de la Ressourcerie qui parvient ainsi à se rendre indépendante des subventions. Les invendus, lorsqu’il y en a, font souvent l’objet d’opérations promotionnelles ou retournent directement dans le circuit du recyclage.

Ressourcerie : Une pratique « démarginalisée »

L’usage d’objets de deuxième vie n’est plus une pratique marginale réservée à des élites tels que les brocanteurs, les antiquaires ou les récupérateurs. Il faut savoir que les modes de consommation ont évolué en parallèle d’un contexte économique plus favorable à l’incitation à « faire différemment ». Tout cela a contribué à démocratiser et populariser cette pratique : la rendre plus accessible.

Si l’attrait économique est un facteur clé dans la libération de la pratique, la volonté de s’armer pour pousser les valeurs de l’écologie n’est pas en reste. En effet, la Ressourcerie de l’île se différencie du Secours Populaire, d’Emmaus ou des Restos du Coeur en donnant une raison militante et citoyenne à l’acte d’achat, redonnant ainsi confiance aux participants.

Cette motivation économique représente donc une véritable porte d’entrée dans la démarche de valorisation des déchets. Il n’est pas rare de retrouver des clients de la Ressourcerie de l’île à Nantes en tant que donateurs : la boucle est bouclée ! C’est une contribution à un élan commun pour donner du sens à notre consommation, quelque soit la situation de chacun.

L’effet tendance de la valorisation a su attirer ses habitués. Adeptes de chine de bonnes trouvailles que l’on retrouve parfois à l’ouverture des portes du magasin tôt le matin.

En milieu rural, la pratique n’a jamais totalement disparu, faisant même partie du quotidien des habitants. Et pour cause, garder pour donner aux petits-enfants ou à la voisine parce que ça va l’intéresser, reste une habitude très présente qui perdurera. Si la pratique est différente en milieu urbain car moins ancrée socialement, elle n’en reste pas moins prégnante grâce au travail des structures locales.

Ressourcerie de l’île en quelques chiffres

En 4 Ans, la Ressourcerie de l’île est passée de 12 à 38 personnes (tous contrats confondus), et collecte près de 900 tonnes de déchets par an dont 730 tonnes revalorisés directement par le biais des boutiques. Le reste retourne dans les circuits traditionnels de recyclage.

A l’échelle de Nantes Métropole, la Ressourcerie de l’île est devenue un acteur majeur et un partenaire clé dans la valorisation des déchets sur le territoire. Elle propose un savoir-faire inexistant dans les systèmes classiques de traitement des déchets.

la-ressourcerie-upcycling-recyclage-nantaise-1

Nous remercions généreusement Carole de nous avoir fait découvrir la Ressourcerie de l’île.
Toute l’équipe vous encourage à visiter le site internet de la Ressourcerie ou mieux vous déplacer pour y jeter un oeil et pourquoi pas succomber au potentiel de la valorisation.

Visiter la Ressourcerie de l’île

ateliers DIY