Peut-on être une couturière écolo ?

La couture revient aujourd’hui au goût du jour. Des ateliers sont organisés un peu partout pour permettre à tout un chacun d’apprendre à coudre eux-mêmes leurs vêtements. En parallèle, une prise de conscience s’est faite concernant notre utilisation de textiles peu écologiques. Nous sommes de plus en plus nombreuses à nous demander comment, dans notre société de consommation actuelle, nous pouvons changer nos habitudes et devenir couturière écolo.

Une offre de plus en plus diversifiée

La démarche de coudre soi-même ses vêtements est déjà en soi une démarche écologique et responsable. En effet, vous avez le choix de la matière que vous allez utiliser. Vous avez la possibilité de vérifier le lieu de fabrication du tissu ou de la laine que vous comptez acheter, en tenant compte de l’impact environnemental du process. Si le textile classique est toujours le plus facile à trouver, les tissus bios commencent tout de même à trouver leur place dans le secteur. L’offre se diversifie de plus en plus, même si elle reste encore très faible, face à une clientèle de plus en plus nombreuse et de plus en plus consciente de la nécessité de changer ses habitudes de consommation. Devenir une couturière écolo demande quelques astuces comme vous pouvez le voir sur Mercilesabeilles.com qui est une mercerie spécialisée dans les tissus écologiques. En effet, plusieurs paramètres doivent être pris en considération.

A lire aussi  Comment bien appliquer de l'autobronzant ?

Les principaux labels bios en textile

Le premier paramètre consiste à reconnaître les différents labels spécifiques aux tissus bios. Comme il s’agit de labels peu courants, ils ne sont pas toujours très faciles à repérer pour les non-connaisseuses :

  • Le label GOTS (Global Organic Textile Standard) est un label international qui permet de certifier que le textile contient au moins 75 % de matières biologiques et qu’il ne contient pas de métaux lourds nocifs pour la santé.
  • Le label Ecocert englobe plusieurs niveaux de certifications, à savoir la défense de l’environnement avec l’utilisation de 70 % de fibres naturelles ou de matériaux recyclés. Il offre l’assurance que les conventions internationales garantissant la qualité de l’environnement pour les travailleurs ont été respectées. Pour finir, il assure la protection des usagers en leur assurant la transparence sur les différentes composantes du textile.
  • Le label Oeko Tex a été créé par une association indépendante allemande. Il a pour but de contrôler tous les produits textiles (fils, boutons, etc), afin de déterminer qu’ils ne présentent aucun risque pour la santé et s’ils peuvent entrer en contact avec la peau.
  • Le label Demeter a pour objectif de préserver la qualité du sol et des plantes qui y sont produites à travers ce que l’on appelle agriculture biodynamique. Bien que la mécanisation soit autorisée, l’utilisation de produits chimiques est strictement interdite. Les engrais et tous les intrants sont produits sur la ferme de production elle-même. Par ailleurs, si le textile est issu de fibres animales, celles-ci doivent être obtenues par la tonte.

Le choix du tissu à coudre

Le second paramètre est le choix d’un tissu biologique. L’objectif est de choisir du tissu qui a été obtenu à partir d’une démarche qui pense à la préservation de l’environnement à toutes les étapes de production, depuis la culture de la plante jusqu’à son tissage. Les matières les plus courantes sont :

A lire aussi  Nos conseils pour des broderies diamant réussies

Le coton bio

Le coton est à la base une culture très polluante. Mais en devenant bio, la fibre n’est plus blanchie au chlore et ne contient ni produits chimiques ni fibres synthétiques. Cela a pour effet d’en réduire les effets allergènes. Pour les couturières, il est idéal pour la layette et pour les vêtements de corps grâce à ses propriétés anti-transpirantes. En outre, il est facile d’entretien.

Le chanvre

Le chanvre bio, provenant du cannabis sativa, est une plante qui pousse très vite, qui a un rendement élevé au m², des avantages non négligeables quand on pense écologie. Autre avantage, le chanvre a la particularité d’être résistant, de ne pas se déformer et au lavage, il ne rétrécit pas. Ce textile a en outre des propriétés antifongiques, intéressantes pour les vêtements portés près du corps, car évitant ainsi les problèmes cutanés et les mauvaises odeurs.

Le lin bio

Le lin souvent assimilé au chanvre se distingue de celui-ci par ses couleurs souvent dans la nuance de gris, alors que ceux du chanvre sont plutôt dans la gamme du marron. Le lin est un textile ayant une conductivité thermique élevée, ce qui lui permet d’être adapté aussi bien aux grosses chaleurs estivales qu’aux grands froids hivernaux. Après le lavage, il sèche rapidement et il ne peluche pas. Il faut cependant éviter de le repasser pour qu’il ne perde pas sa tenue.

Le bambou bio

A l’heure actuelle, le bambou occupe une bonne place dans la liste des tissus biologiques. C’est une plante qui pousse naturellement, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser de pesticides. Elle n’a pas besoin d’irrigation intensive pour pousser. Le tissu s’obtient à partir de la cellulose de bambou et il est très absorbant. Il est délicat. Il a l’aspect de la soie et nécessite le même traitement à l’usage. Pour le sécher, il est préférable de le suspendre à un cintre pour qu’il ne se déforme pas. C’est un tissu très glissant, la tension de la machine à coudre doit donc être parfaitement bien ajustée pour que le fil ne se distende sur l’envers du tissu.

A lire aussi  Comment créer des petits messages en pompons sur vos coussins ?

Les tissus alimentaires

Les tissus alimentaires font également partie des tissus bios et écologiques. Contrairement aux tissus que l’on trouve généralement dans le commerce, ils ne présentent aucun risque pour la santé s’ils entrent en contact avec la nourriture. Il s’agit généralement de tissu en coton enduit de cire d’abeille ou de PUL de polyester, recouverte sur une face de polyuréthane pour l’imperméabiliser. Ce type de tissu est soumis à des contrôles stricts pour se conformer aux normes de santé en vigueur. Ils sont généralement utilisés pour fabriquer des lunch bags, des porte tartes et tout ce qui peut entrer en contact avec les aliments. Dans cette catégorie de tissu contact alimentaire, vous avez aussi les tissus filets avec lesquels vous pouvez coudre des tote-bags pour vos courses. Ces tissus ont l’avantage d’être réutilisables et peuvent passer à la machine.