Médecine douce : comment être remboursé de ses séances ?

Face à l’essor des médecines alternatives et complémentaires, de plus en plus de personnes se tournent vers ces pratiques pour améliorer leur bien-être ou traiter certaines affections. Pourtant, le remboursement des séances reste encore un sujet méconnu. Comment se faire rembourser ses séances de médecine douce ? Quelles sont les démarches à suivre et les conditions à respecter ? Cet article fait le point sur les solutions existantes pour vous aider à comprendre et bénéficier d’une prise en charge optimale.

La reconnaissance des médecines douces en France

Les médecines douces, également appelées médecines alternatives, parallèles ou complémentaires, regroupent diverses pratiques non conventionnelles visant à prévenir, diagnostiquer ou traiter une maladie. Parmi les plus connues, on peut citer l’acupuncture, l’ostéopathie, la chiropraxie, la naturopathie ou encore l’homéopathie.

Selon une enquête réalisée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) en 2016, près d’un Français sur deux aurait déjà eu recours à une pratique de médecine douce au moins une fois dans sa vie. Toutefois, ces disciplines ne sont pas toutes reconnues officiellement en France, ce qui peut compliquer leur prise en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles.

Le remboursement par la Sécurité sociale

En matière de remboursement des médecines douces, la Sécurité sociale se montre plutôt frileuse. En effet, seule l’homéopathie bénéficiait jusqu’à récemment d’une prise en charge partielle, avec un taux de remboursement de 30 % du tarif de base. Toutefois, depuis le 1er janvier 2021, l’homéopathie n’est plus remboursée par l’Assurance Maladie.

A lire aussi  Tiques: guide de prévention et d'enlèvement

Pour les autres pratiques de médecine douce, la prise en charge dépend essentiellement du statut du professionnel de santé. Ainsi, si le praticien est également médecin conventionné (par exemple, un médecin acupuncteur), ses consultations peuvent être remboursées sur la base du tarif conventionnel. Dans le cas contraire, aucune prise en charge n’est prévue par la Sécurité sociale.

Les mutuelles et assurances complémentaires santé

Face à cette situation, les mutuelles et assurances complémentaires santé proposent souvent des offres spécifiques incluant le remboursement des séances de médecine douce. Ces offres varient selon les contrats et les organismes, aussi il est important de comparer les différentes options disponibles pour choisir celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Généralement, les mutuelles proposent un forfait annuel pour chaque discipline (ostéopathie, chiropraxie…) ou un forfait global pour l’ensemble des médecines douces. Ce forfait peut être exprimé en montant (par exemple, 200 € par an pour l’ostéopathie) ou en nombre de séances (par exemple, 5 séances d’acupuncture par an).

Il est également possible que certaines mutuelles exigent un certificat médical de votre médecin traitant pour attester de la nécessité des soins ou demandent à ce que les praticiens soient inscrits auprès d’une fédération professionnelle reconnue. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour connaître les conditions précises de prise en charge.

Les démarches pour obtenir un remboursement

Pour bénéficier du remboursement de vos séances de médecine douce, il est important de respecter certaines démarches administratives. Tout d’abord, assurez-vous que le praticien est bien reconnu par votre mutuelle et qu’il vous fournira une facture détaillée mentionnant notamment ses coordonnées, la date et le prix de la consultation.

A lire aussi  Cigarette électronique qui ne coule pas : le Graal pour les vapoteurs

Ensuite, transmettez cette facture à votre mutuelle, accompagnée éventuellement du certificat médical si celui-ci est exigé. Selon les contrats et les organismes, le remboursement peut intervenir sous quelques jours ou quelques semaines. N’hésitez pas à relancer votre mutuelle en cas de retard ou d’absence de réponse.

L’importance de bien choisir sa mutuelle

Comme nous l’avons vu, les médecines douces ne sont pas toutes reconnues officiellement en France et leur prise en charge dépend essentiellement des mutuelles et assurances complémentaires santé. Il est donc primordial de bien choisir sa mutuelle en fonction de ses besoins et de ses attentes en matière de remboursement.

Pour cela, n’hésitez pas à comparer les offres disponibles sur le marché, à demander des devis personnalisés et à vérifier les conditions de prise en charge des médecines douces auprès des organismes. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une couverture optimale pour prendre soin de votre santé tout en maîtrisant vos dépenses.

En somme, les médecines douces connaissent un véritable engouement en France, mais leur prise en charge reste encore limitée par la Sécurité sociale. Les mutuelles et assurances complémentaires santé jouent donc un rôle clé dans le remboursement des séances, aussi il est important de bien les choisir et de respecter les démarches administratives pour bénéficier d’une couverture adaptée à vos besoins.