Twee par-ci, Twee par-là, ou même dans notre dernière interview d’une Twee en puissance. Un mot si doux et rond, qu’on en oublierai qu’il sert à qualifier une catégorie de personnes, et maintenant, un mouvement de fond. Mais qui sont ces mystérieux Twee et d’où viennent-ils ? 2015 sera-t-il rythmé par ce phénomène ? Un article co-rédigé par Vincent Redor et Skander MILLEQUANT.

Pour être francs, bien que nous sommes plongés dans l’univers créatif depuis quelques temps, le phénomène Twee nous avait complètement échappé. C’est pourquoi nous avons décidé de rattraper notre retard ensemble chers lecteurs, en restant le plus accessible possible. Et pour cause, derrière le terme en question, il s’agit avant tout chose d’un état d’esprit difficile à cadrer tant les pratiques sont nombreuses et éparses. En analysant de plus près quelques articles qui parlent des Twee, on s’aperçoit assez vite que, même si le mot est commun, les définitions sont assez variées. En voici quelques-unes que nous avons pu trouver ici et là :

Twee? Le terme anglais signifie maniéré, chichiteux, doux. La sonorité «Twee» vient de la manière dont les petits enfants essaient de prononcer «sweet» («doux», «joli», en anglais). L’adjectif s’utilise d’une manière péjorative pour qualifier quelque chose d’«excessivement délicat, mignon ou au charme suranné ou pittoresque», selon un article paru en 2012 sur le magazine The Flack.

La vie réelle, le journal du 20h, la crise économique et les haters sur Internet… Parfois, on fatigue. Vient alors la tentation twee, ou plus précisément : la tendance twee. La tendance twee est la nouvelle révolution culturelle aux US, qui dépasse le hipster. Le twee véhicule des valeurs gentilles et réconfortantes. Un monde de douceur entre photos Instagram et cupcakes sur Pinterest.

Twee

Après avoir parcouru une somme d’articles relativement provocateurs à l’encontre de ce phénomène facilement qualifié comme « la prochaine mode après les hipsters » ou encore « l’avènement d’un public mielleux, niaiseux et innocent », j’ai décidé d’aborder le phénomène d’un point de vue plus social et psychologique afin de lui redonner tout son sens et sa place dans notre société contemporaine.

Twee : Un monde de brutes à édulcorer

Bien plus qu’une mode passagère, les Twee sont la résultante du monde dans lequel nous vivons chaque jour qui passe. Au simple regard des informations quotidiennes, on nous dépeint un environnement hostile et impitoyable nécessitant d’être paré à toutes éventualités. Ainsi nous passons le plus clair de notre temps à imaginer de quoi sera fait demain et comment nous allons nous en sortir. Est-ce un mal ? Là n’est pas la question, c’est un simple constat qui, s’il fait froid dans le dos, laisse peu de place à l’exaltante passion de la vie. Peu de place, mais une petite place tout de même. Derrière ce cadre morose, se cache une cellule de doux rêveurs qui, sans le savoir, ont créé une mouvance qui va clairement perdurer, et qui se confronte directement à d’autres moins « saines ».

Twee

Twee : Un désir de changer les choses ?

Le phénomène Twee n’est probablement pas un désir conscient de changer les choses. Probablement plus une recherche d’équilibre, d’apaisement et de bonheur liés aux constats précédents. Alors que les études montrent de plus en plus que le bonheur dépend autant, si ce n’est plus, des relations humaines que de nos revenus, il est tout naturel que le phénomène Twee se base sur ce dénominateur commun.

Avec une candeur et une naïveté qui peu parfois déconcerter, notamment les plus hargneux, les Twee sont une génération de jeunes hommes et femmes qui osent vivre pleinement leurs passions, sans se soucier de l’image qu’ils renvoient socialement. Au mépris des moqueries, ils partagent leur univers acidulé et centres d’intérêts avec le plus grande nombre, à la recherche de reconnaissance et de liens humains. Les Facebook, Instagram, Tumblr et autres réseaux sociaux représentent donc un espace d’expression tout indiqué dans cette quête. C’est la face « visible » du phénomène.

Twee

Des « Haters » et des bâtons dans les roues

Est-ce la résultante de ce « monde de brute » ou tout simplement la nature humaine ? L’Internet nous garanti un anonymat suffisant pour faire de ce lieu notre défouloir. Insultes en tous genres, voire harcèlements… de nombreux comportements « haineux » et gratuits peuvent être constatés chaque jour sur la toile, dont les réseaux sociaux semblent être les épicentres, avec parfois des issues fatales.

La notion de « hater » renvoie donc à nos plus profonds instincts de haines et de colère. Quoi de plus facile que de se confronter à un univers qui n’est pas le nôtre et qui ne ressemble en rien à ce que nous connaissons. C’est pourquoi ces personnes sont constamment à la recherche de la bonne proie qui réagira promptement à ses propos provocateurs.

La face cachée des Twee

En réalité, les Twee sont un phénomène plus complexe qui regroupe une multitude de passions dont le point commun est une recherche de régression vers l’enfance. Cupcakes, mangas, couture… autant de loisirs qui témoignent de ce besoin « sécurité » qu’apporte un retour à l’enfance. Dans certains cas, cette volonté peut conduire à un repli sur soi, la création d’une bulle qui les protégera de l’environnement hostile dans lequel nous nous trouvons.

Twee

ateliers DIY